top of page

Stéphanie de Belgique (1864 – 1945)

Fille du roi Léopold II, la princesse Stéphanie de Belgique (1864 – 1945) incarna l'élégance et le raffinement à travers ses choix vestimentaires, subtil mélange de tradition et de modernité qui reflétait à la fois son statut royal et sa personnalité unique.

 

Les tenues choisies pour ses apparitions publiques étaient généralement caractérisées par des coupes impeccables et des tissus luxueux, qui mettaient en valeur sa silhouette gracile. Malgré son penchant pour la tradition, la princesse Stéphanie n’hésitait pas à conjuguer passé et présent en agrémentant ses tenues de touches contemporaines : coupes asymétriques, imprimés audacieux ou encore accessoires tendances. Que ce soit lors de galas officiels, de réceptions diplomatiques ou de cérémonies royales, elle se montrait vêtue de robes de soirée fluides ou d’ensembles coordonnés qui soulignaient son sens inné du style.



Cette photographie, prise aux alentours de 1885, montre la princesse Stéphanie de Belgique, dans l'éclat de sa jeunesse. La princesse est vêtue d’une robe de soirée qui incarne la haute couture de l'époque. Le corsage orné de broderies et le velours des manches bouffantes soulignent la noblesse de son rang. Les touches de noir sur la robe contrastent avec la clarté de sa peau et la brillance du corsage.. Le long collier de perles qu’elle porte accentue son allure noble et amène délicatesse et féminité à l’ensemble de la tenue. La coiffure élaborée de la princesse renforce son image de marque. Chaque détail de sa tenue, de la texture du tissu aux bijoux choisis, est pensé avec soin pour refléter son statut royal.

 

Qui était Stéphanie de Belgique ?

 

Née le 21 mai 1864 à Laeken, Stéphanie Clotilde Louise Herminie Marie Charlotte de Saxe-Cobourg et Gotha était la fille cadette du roi Léopold II et de la reine Marie-Henriette. Bien que née dans le luxe et l'opulence de la royauté européenne, Stéphanie reçut une éducation des plus strictes. Dans ses mémoires, elle racontait : « Nous nous levions de grand matin : en été, à cinq heures, en hiver, à six heures. Pendant notre toilette, le silence le plus absolu était de rigueur ; toute infraction à cette règle entraînait une punition sévère. » 


Le 10 mai 1881, elle épousa l'archiduc Rodolphe d'Autriche, héritier de l'Empire austro-hongrois et, en 1883, elle donna naissance à Élisabeth-Marie. Même si, dans un premier temps, Stéphanie qualifia son époux de « mari modèle », elle éprouva rapidement un profond désenchantement lorsque l’archiduc se fit de plus en plus distant. Rodolphe s’avérait être un mari infidèle, instable, et quelque peu dépressif. C’est ainsi que, le 30 janvier 1889, l’archiduc fût retrouvé sans vie aux côtés de sa maîtresse, Marie Vetsera, dans le relais de chasse de Mayerling. Ce drame bouleversa le destin de celle qui devint, désormais, princesse douairière.

 

La princesse Stéphanie se retrouva au centre de la controverse lorsque, en 1900, elle épousa, contre la volonté de son père, le comte hongrois Elemér Lónyay de Nagy-Lónya et Vásáros-Namény. Ce mariage d’amour lui coûta ses titres impériaux et elle ne put jamais revoir son père.  En 1906, les deux époux s’installèrent de manière permanente au château d'Oroszvár, dans l’actuelle Slovaquie. Ils menèrent alors une existence placée sous le signe de la discrétion et des voyages. Stéphanie œuvra notamment en tant qu’infirmière, au sein même de sa résidence, pendant la Première Guerre mondiale. En 1935, Stéphanie de Belgique publia ses mémoires dans un ouvrage intitulé Je devais être impératrice. L’arrivée, en 1945, de l’armée soviétique contraignit le couple à quitter Oroszvár. Les époux trouvèrent refuge à l’abbaye bénédictine de Pannonhalma, où la princesse Stéphanie s’éteignit à l’âge de 81 ans.

 

Sources :

Hélène. (2023, 11 janvier). Le tragique destin de Rodolphe d’Autriche : meurtre ou suicide ? Carnet d’Histoire. carnet-dhistoire.fr/anecdotes/rodolphe-dautriche/ (Consulté le 16 février 2024)

Princesse Stéphanie. (s. d.). ReflexCity. www.reflexcity.net/bruxelles/personnes-celebres/noblesse/princesse-stephanie (Consulté le 16 février 2024)

Salens, R. (2015). Stéphanie de Belgique : le récit d’une princesse qui devait devenir impératrice. Noblesse et Royautés. www.noblesseetroyautes.com/stephanie-de-belgique-le-recit-dune-princesse-qui-devait-devenir-imperatrice/ (Consulté le 16 février 2024)

Stéphanie de Belgique. (2024, 11 janvier). fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phanie_de_Belgique#cite_note-de_Belgique2003239-14 (Consulté le 16 février 2024)

Stéphanie de Belgique. (2003). Je devais être impératrice (réédition), p. 239.

 

Comments


Abonnez-vous

Rejoignez la communauté Dynasties.tv et recevez nos vidéos consacrées aux sagas royales et à l’élégance.

Vous venez de recevoir un mail pour confirmer votre inscription.

bottom of page